Une semaine très dure

Hier samedi, on a été au Jardin du Luxembourg. On a été au manège, un vieux et authentique très beau manège. Donc c’est le « monsieur du manège » qui lance le mécanisme lui-même, je veux dire qu’il pousse un bâton relié à la roue centrale et le manège commence à tourner tout doucement, puis prend un peu de vitesse et finit bien sûr par tourner tout seul !

Bref, tout ça pour dire qu’il y avait une femme qui a mis son petit d’à peu près 2 ans dans un carrosse (il y avait soit des chevaux soit des genres de carrosse) puis l’a attaché. Ensuite, il a changé d’avis et ne voulait plus faire de manège, il l’a dit à sa mère. Elle l’a quand même laissé et quand le manège a commencé à tourner il s’est mis à pleurer (j’ai entendu sa mère à côté qui a dit laisse-le). La elle s’est dirigé vers lui, passant entre les chevaux mouvants, furax, a détaché le cordon (le monsieur disait bien sûr qu’il allait arrêter le manège) et l’a extirpé sèchement du carrosse, son pied est resté un peu coincé. Elle est repassé entre les chevaux, en larmes, l’a mis sèchement dans sa poussette et disant un truc « j’en ai marre…vous m’énervez tous … etc ». Puis elle est partie en pleurant et râlant contre sa mère qui lui disait de ne pas s’énerver.

Cette femme c’était moi.

J’ai cru que le paroxysme de cette semaine était la veille mais j’ai l’impression que ce « paroxysme » va durer un peu plus longtemps que prévu.

On a démarré vendredi 11 soir avec la fête de fin d’année de la crèche ahhhhh la fête de la crèche, ma première FETE DE LA CRECHE ! Je pense que c’était moi la plus impatiente des 3 🙂 … j’avais oublié qu’à cet âge (pour rappel, 2 ans et 4 mois) c’est synonyme d’enfer (l’état dans lequel je suis actuellement me fait peut-être noircir le tableau ?? je ne sais pas). En même temps, mettre de si petits enfants qui sont épuisés par une semaine de crèche, à 18h dans une salle bourrée de parents, d’enfants, de gateaux au chocolat, de fromage, de cadeaux…) c’est quelque chose de très fatigant nerveusement pour eux. Bref. Ce genre d’événement, même si je suis accompagnée (ma mère) reste épuisant et me met KO pour les jours à venir alors que ce n’est pas physiquement fatigant pour mon corps.

Samedi, je voulais aller au Pop Up Etsy et j’ai donc demandé à Monsieur Champi de venir les garder trois quatre heures. Il est arrivé direct du boulot à 9h et je suis rentrée vers 13h30 comme prévu. J’avais par ailleurs demandé à mon cousin de venir l’après-midi car mes parents étant partis une semaine à l’étranger, je savais que j’aurais besoin d’aide le week-end. Ils ont fait la sieste, gouté et je les ai sortis car c’est plus facile de passer le temps dehors que dedans. Ils étaient ravis avec leur petites motos 🙂 Mon cousin est arrivé très tard. Il m’a dit qu’il s’en occuperait la nuit et le lendemain matin.  Lou a pleuré et je me suis quand même levée car il appelait sa maman… sur ce coup-là j’ai bien fait car il était brulant. Je lui ai donné du Doli et l’ai recouché avec moi. C’était le début des emmerdes car ils ont passé la semaine entre bronchite et 1 otite pour 1 et bronchiolite et otite aux 2 oreilles pour l’autre.

Il leur a donné le petit dej le matin puis est parti vers 13h. On a passé une journée « glandouille » où plus aucun des sacro saints principes n’existait, TV à la demande, repas à base de fromage, yaourts, biscuits au CHOCOLAT (lol…ça fait la mère sévère qui ne veut pas donner de chocolat ^^)… et pour les nuits à venir : entrecoupées et finissant à 3 dans le lit de maman !  Donc dimanche ils étaient déjà mal en point, alternant la fièvre. Je savais déjà que je n’irai pas travailler lundi. J’ai mis mon réveil à sonner à 6h30 pour prendre rdv avec la pédiatre : j’ai le souvenir de m’être réveillée, pris rdv, puis repartie dans les bras de Morphée jusqu’à 8h30 environs. Rdv à 11h, puis fromage/biscuits, sieste pour nous 3… j’étais mais fatiguéeeeeee, la flemme de me lever, eux aussi… complètement décalés…   Le soir j’ai prévenu Mr Champi de rester dispo pour le lendemain au cas où.

Mardi, effectivement, Choubidou n’était pas en état d’aller à la crèche, trop fatigué et qui toussait beaucoup (c’est lui le combiné bronchiolite/2 otites). Le temps que Mr Champi arrive, pour gagner du temps (rapport à mon travail), j’ai mis les 2 dans la poussette pour emmener Loubilou à la crèche. Suis revenue avec Chou et l’ai laissé avec mon mari pour partir au boulot. Le soir j’ai été chercher Lou.

Puis mercredi qui est normalement le jour de Mr Champi, c’est finalement moi qui ai été les chercher (tant que c’est demandé à l’avance ça va), puis jeudi aussi. Il a été les chercher vendredi et est donc restés avec eux de 17h45 à 19h (car il travaille).

Ca aurait pu être semaine normale où j’allais tester mes capacités/endurance/patience… sans l’aide ni de ma mère ni de ma ChampiNou.

Mais ce fut une semaine :

  • sans mes parents (= pas de maman qui vient dès le matin les garder si besoin, pas de maman qui te nettoie ta maison et fait ton repassage… pas de papa qui te fait tes courses…)
  • sans ma ChampiNou dont la mère est malade et qui donc est partie pendant 1 mois (= pas de solution d’urgence -elle habite plus près que mes parents- pas de mardi où elle va les chercher et leur donne le bain…)
  • de maladie DONC de sommeil perturbé pour les miniChampi et moi DONC de grosse fatigue DONC de manque de patience avec eux DONC de médoc à donner qui prend la tête et te fait perdre du temps le matin…
  • de « pré règles » et là, je me transforme en monstre, encore moins de patience avec eux (ajouté au point précédent 😦  ), pestant contre tout dans la vie de tous les jours, sensible, envie de pleurer…
  • (pas des moindre), de sevrage des anti dépresseurs (je l’ai voulu…) et là il faudrait que je crée un autre post… comme l’arrêt intervient à un moment pas facile, je ne sais pas si mes sautes d’humeur, mon morale un peu dans les chaussettes… sont dû à ça ou au reste…

Le 1er paroxysme fut donc vendredi dernier où j’ai eu (mais pourquoi? pourquoi !!) l’idée/l’envie de prendre le bus pour les ammener à la crèche (1 station). Je me positionne à un endroit où je pense que la porte arrière va coincider. Râté ! Elle arrive en face d’un arbre avec de la gadoue par terre. Déjà super remontée, je vais voir le chauffeur et (automatiquement, cerveau en mode « y a plus personne, laisser moi dormir, partir loinnnn sans les enfants, je veux plus voir personne ») et lui demande de « reculer pour que je puisse monter », ne pensant pas un instant qu’avancer le bus était une autre solution >_<  Au passage, Mr me dit que je « n’ai qu’à monter par l’avant »… j’adore les chauffeurs de bus super attentifs qui quand ils approchent un arrêt ne regarde pas les gens qui attendent !!!!!!!! « je ne peux pas j’ai une poussette double !!!!!!!! »

Je retourne à ma poussette (et donc si vous suivez bien, je m’attendais à ce qu’il recule pour arriver pile en face de moi 😀 ) et là je le vois qui commence à avancer (et dans ma tête, celle où y a plus personne, ça ne fait qu’un tour, je me dis qu’il est en train de partir car je l’ai fait chier… qqch comme ça) et là je hurle, je me souviens plus exactement « ehh mais c’est pas possible » en levant le bras vers le bus et en pleurs, effondrée. Bien sûr ça a duré max 2 secondes le temps qu’il avance un peu pour que je puisse monter la poussette. Mais j’avais absolument pas le cervau disposé à réfléchir, à agir en personne censée, raisonnable ! Je monte dans le bus en larmes, de la buée sur mes lunettes. Le chauffeur bien sûr qui me dit un truc genre faut vous calmer madame… moi qui réponds mais j’ai cru que vous alliez partir… il dit je sais plus quoi… je réponds je sais plus quoi… puis je me dis intérieurement que ça sert à rien de continuer à parler.

Et à ce moment-là,  y a un trou du cul, bien assis tranquillement au fond du bus qui me dit « faut pas vous énerver madame » O_O   alors là je pense que je l’aurais frappé s’il avait été à côte de moi…….. j’étais mais hors de moi…. je sais plus ce que j’ai répondu… « vous êtes assis tranquillement, qu’est-ce que ça peut vous faire si je m’énerve… vous êtes pas à ma place… seule avec les enfants…… » et là (ah vous croyez qu’on était arrivé au top ??? ba non)  il me sort (déjà rien que le fait qu’il se permette de continuer d’ouvrir sa gueule alors que je suis en larmes, en train de sangloter, tout le monde me regardant bizarrement j’imagine, je trouve ça d’une débilité monumentale, mais ça m’a encore plus énervée et faite pleurer) « vous êtes pas la seule à avoir des enfants » O_O   O_O     O_o  (entre bouche bée, rouge de colère et envie de taper avec une massue) … bon alors là j’ai dit un truc genre « jumeaux, dépression,fatigue »… je sais plus vraiment.

Bref, je pense que l’arrêt des anti D n’y est pas pour rien… mais c’est aussi l’accumulation de la fatigue, Mr Champi qui m’avait bien énervé qques jours avant, et tout et tout et tout…….

J’ai pensé en pleurant « voilà je vais devoir reprendre les anti D, c’est vrai qu’il font voir la vie en rose » mais non, je ne veux pas croire que ma vie allait mieux rien que grâce à ses petits machins ! C’est hors de question, je veux aller mieux par moi-même et être heureuse par le travail que j’aurais accompli sur moi-même et avec les enfants. Je vais donc laisser passer cette période de fatigue et referait un point, sur moi-même, avec moi-même.

Après tout, je pense que c’est la période la pire de l’année : les jours sont courts et il fait nuit tôt, la météo passe de 5° à 13° en un jour, youpi les chauds/froid, les microbes sont à la fête à la crèche, tout le monde est fatigué !

Avant ces 2 épisodes fâcheux, je me disais que c’était juste une semaine difficile à passer mais sans plus, je n’étais pas abattue. Mais là je me remets à penser que c’est une bien grosse erreur que j’ai faite et que mes enfants iraient bien mieux s’ils n’étaient pas venus au monde 😥   et moi par conséquent. Je vous laisse imaginer à quel point j’ai pu être méchante (dans les mots, les attitudes d’agacement) avec eux ces derniers jours pour ressentir ça. 😦

Voilà, je finis le post en larmes et j’espère que ça ira mieux bientôt.

**********

PS : Je ne mets pas de « grots mots » d’habitude mais là, en repensant à cet énergumène, il fallait que ça sorte !

PS2 : le début de mon article me renvoie bien évidemment à ce que j’avais moi-même vu dans un square… c’est quoi la différence entre ce type et moi ?

Publicités

13 réflexions sur “Une semaine très dure

  1. Ça me serre le coeur de lire tout ça…
    Il n’y a peut être pas de différence entre cet homme et toi, ou peut être qu’il y en a une énorme, on ne le saura jamais (je veux dire soit il agit comme ça parce qu’il pense qu’il en a le droit, soit il était à bout comme tu l’es à présent).
    Moi ce qui m’onterroge c’est que tu arrêtes les anti dépresseurs. La dépression est une maladie. Si tu avais un lumbago ou une carence en fer tu te soignerais, là c’est pareil. Ce n’est pas une victoire que de s’en passer, c’est juste une guérison. Tu devrais à mon sens les reprendre (après je sais bien que je n’ai rien à dire là-dessus hein, c’est juste mon ressenti ;-)).
    Vous devez retrouver une harmonie, vous rendre heureux les uns les autres, et la vie n’est pas plus belle sous médication, si ton traitement est ajusté elle est juste ce que tu verrais si tu ne faisais pas de dépression.
    Ma belle, je ne sais pas quoi te dire pour que tu ailles mieux, je me sens démunie là…
    Je t’embrasse et te souhaite bon courage, parce que tu es une bonne mère j’en suis certaine, mais dans une mauvaise passe!

    J'aime

  2. Comme je l’avais dit en fait, je me sens pas en dépression, j’avais ressenti un gros coup de fatigue phys. et ment. lors de mon coup de mou, surtout parce Mr C était encore là. En fait, je sais tjs pas si c’est l’accumulation de la fatigue + pré-règles qui a « causé » ou tout ça ou si c’est l’arrêt des antiD. L’effet que le sevrage me fait et ce dont je suis sûre, c’est que je me sens bizarre… impossible à décrire. Mais ne t’inquiète pas, si une fois mes règles passées et un peu de repos retrouvé je continue à « exploser » comme ça, je les reprendrai et arrêterai plus vers le printemps ^^
    Merci pour ton soutien en tout cas, comme tu le sais, recevoir des commentaire en soi est un soutien 🙂 … La ça va car c’est la semaine et je bosse… à suivre la semaine prochaine où je pars avec eux et ma mère chez ma grand-mère de 92 ans lool.

    J'aime

    • Oui, il y a aussi des moments oú on explose parce que c’est la vie, mais je sais comme c’est compliqué de gérer le culpabilité (j’avais écrit un article et ça m’avait fait du bien de poser des mots).
      Ta mère va peut être pouvoir te soulager, enfin moi je sais que chez les grands parents je lâche l’affaire, il a le droit de tout, du coup je sais d’avance que ça ne servira à rien de s’énerver.
      Et je suis contente si, à ma petite échelle, je t’apporte un peu de soutient!
      Courage, la période de noël est toujours compliquée quand ils grandissent (mais en même temps ils dont sur sollicités les pauvres!)
      Bonnes fêtes!
      Bises

      J'aime

  3. Hello Mme Champi, j’ai l’impression que je suis dans le même état que toi, mais il n’y a rien à faire d’autre que ce que je fais (et ce sur tu fais déjà). Mes enfants ont le même âge que les tiens et je dois m’adapter en permanence. Mes diffucultés sont autres mais je comprends les tiennes. Je t’embrasse fort.

    J'aime

  4. Bonjour Pipotai 🙂
    Merci pour ton commentaire et ton soutien. Tu es maman solo aussi ?
    C’est sûr qu’on va passer par des hauts et des bas (comme tout le temps dans la vie) difficiles jusqu’à ce qu’ils atteignent un certain âge … c’est ce que j’espère en tout cas 🙂
    Bisous

    J'aime

    • Salut miss champi,
      Non je ne suis pas maman solo (bien que je l’ai été un petit moment après la naissance de mes enfants) mais j’essaye de me remettre d’une fatigue extrême et continuer à être là pour ma famille, alors les semaines difficiles, je connaît. Comment vas tu?

      J'aime

      • Salut Pipotai,

        Cool que tu ais pu te remettre avec quelqu’un 🙂 J’espère pouvoir un jour en parler ici ! Oui, le problème c’est l’accumulation de la fatigue (on dit que le sommeil perdu ne se rattrape pas…)… parce que du coup ils ont quel âge maintenant ? Et tu as d’autres enfants ? J’imagine que ça fait plusieurs années d’accumulation en tout cas… J’espère que tu vas trouver une solution pour être moins fatiguée !
        Merci pour ton message en tout cas 🙂

        J'aime

  5. Ce soir je découvre ton blog, maman de jumelles de 2 ans et demi pas maman solo mais je cherchais des conseils sur l’éducation pour crier moins, éviter les petages de plombs avec les mots méchants qui retombent sur les petits bouts etc et de fil en aiguille j’ai atterris ici. Ton article m’émeut car même si nos histoires et quotidiens sont différents je me retrouve dans tes émotions. Un papa présent mais avec une approche de l’éducation à l’opposé de la mienne mais avec le souhait d’inculquer les mêmes valeurs. Il crie beaucoup, n’est pas forcement très polis dans ses mots et oublie parfois quelles sont encore petites… Du coup ses tensions se répercutent sur moi (je suis une éponge à émotion) et à mon tour je me déchaine sur les enfants. Notre couple va bien la plupart de nos disputes son engendré par des tensions parentales. Et comme toi parfois je me dis qu’on aurait pas dut faire d’enfant car j’ai peur de rendre nos filles malheureuses. En tout je t’admire maman solo jumeaux je suis sur que malgré les coups dur tu t’en sors mieux que tu ne le pense, une amie ma dit ça une fois et je pense que c’est vrai on fait de notre mieux et si on cherche à s’améliorer c’est que l’on veux vraiment le mieux pour nos enfants et qu’on est déjà de bonnes mamans sinon on resterait dans cette spirale en s’en contentant. bisous a toi et je t’envoi tout mon soutien

    J'aime

    • Salut Edenweils ! Contente que les fils et aiguilles t’aient menés jusqu’ici 😉
      C’est sûr que mon blog n’apporte pas de « conseils sur l’éducation » mais pour le faire moi-même, je sais que lire des cas similaires au nôtre peut nous aider à sortir la tête de là où elle est ^^, de relativiser parfois, de se sentir moins seul, de faire re partir le moral, de se soutenir…etc etc 🙂

      Ce « processus » de « répercussion » des sentiments de colère ou autre, de ton mari sur toi puis de toi sur les enfants est tellement dur à vivre car on ne maitrise rien, quand la marmite est pleine il faut qu’elle explose (sinon elle implose et c’est tout aussi douloureux je pense), c’est humain. Mais du coup c’est aussi humain de culpabiliser. Je sais ce que tu ressens… je te souhaite beaucoup de courage et de patience car comme je l’avais dit sur un autre article, j’ai la chance (de mon point de vue, moi qui n’aimait pas mon conjoint, et de ne pas avoir connu l’amour) de ne pas avoir cet « élément perturbateur » qu’est l’homme (je parle dans ma situation hin ^^). As-tu lu Au coeur des émotions de l’enfant (ou Tout se jour avant 6 ans ? Je pense que ton mari agit ce que lui dicte son histoire personnelle, son passé, les réflexes encrés en lui comme en beaucoup de monde en ce qui concerne l’éducation…. je ne sais plus comment ils nomment cela dans les bouquins… Il y avait d’ailleurs un article sur ça dans le dernier Flow (j’essaierai de le mettre un de ces jours).
      Bref.
      Je n’ai aucune compétence psychologique ni aucune légitimité pour te dire ça mais je suis sûre que tes filles ne seront pas malheureuses à cause de ça (sauf si toi et ton mari vous venez à tout le temps vous engueulez par exemple, à leur sujet ou autre). Surtout si tu leur parles ! Elles sont très intelligentes ces petites bêtes 😉 ^^
      Je suis d’accord avec ton amie 🙂 On veut faire au mieux pour nos enfants (et non pas pour se rassurer de ce que les gens vont penser/dire de nous) et c’est très important.
      Merci pour ton soutien 🙂

      J'aime

  6. Par rapport à mon comm précédent, je ne sais pas si c’était clair quand j’ai dit « C’est sûr qu’on va passer par des hauts et des bas (comme tout le temps dans la vie) difficiles jusqu’à ce qu’ils atteignent un certain âge … c’est ce que j’espère en tout cas  » 😦 ==> je voulais dire j’espère que les moments très difficiles de cette période vont s’estomper avec le temps et que même s’il y a d’autres « bas », ils ne seront pas aussi éprouvants que ceux vécus à cet âge-là, car il faut avouer que c’est une période dure !!

    J'aime

  7. Coucou 🙂
    Tu sais, si tu te dis qu’il faut « peut être » reprendre les anti-dépresseurs, c’est « peut être » qu’il faut y penser, en effet… Tu vois, moi j’ai fait beaucoup d’aller et retour avant d’arriver à les arrêter complètement… mais quand j’y suis arrivée, je n’ai plus eu de pensées du type « il faut peut être que j’en reprenne »… Bref, je ne suis peut être pas claire mais l’arrêt des AD est un chemin, parfois il faut savoir reculer et reprendre plutôt que de se plonger dans une dépression plus grave, plus tard, parce qu’on s’est laissé aller mal pendant trop longtemps 🙂 Tu pourras reprendre l’arrêt progressif quand ça ira mieux 🙂
    Je t’embrasse !

    J'aime

  8. Bonjour et bienvenue !! C’est gentil de répondre sur mon blog et non le tien 🙂
    Oui c’est ce que je me suis dit… que rien que le fait que je ne sois pas sûre, c’est signe qu’il faut les reprendre… car je pense qu’une autre tempête se prépare ! >_< …. Bon courage pour la lecture et réponse à tes comm !! tu as du boulot 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s